Contact / Accès

Chargement de la carte en cours...

Contact

Musée de Louviers
Place Ernest Thorel
27400 Louviers

Tél. 02 32 09 58 55

Contactez-nous

Vous êtes ici

"Coupé/Décalé"

Publié le

à la une

Carole Benzaken

Vendredi 9 juin 2017

Allocution de M. François-Xavier PRIOLLAUD Maire de Louviers

Monsieur le Directeur du Musée,
Cher Michel Natier,
Madame Carole Benzaken,
Madame Fabienne Gleye, Directrice du service culturel,
Chère Sylvie Langeard, Adjointe en charge de la vie culturelle,
Mesdames et Messieurs les élus,
Mesdames et Messieurs,

Je lisais dans une revue d’art qu" il y a deux façons de rencontrer Carole Benzaken. Soit elle vous ouvre les portes de son atelier-laboratoire, pour présenter ses travaux en cours. Soit vous partez en voyage en sa compagnie".

C’est faux ! Il existe une troisième façon de rencontrer Carole Benzaken, c’est de lui consacrer une exposition au musée de Louviers. Après Gérard Garouste, Ben, Jacques Villeglé, Pierre Buraglio, Claude Viallat, Vincent Barré et bien d’autres encore qui se sont succédés ces dernières années et ont contribué à façonner l’image d’ouverture de notre ville sur le monde, je vous souhaite chère Carole Benzaken, bienvenue au Musée de Louviers.

Vous l’aurez compris, les Lovériens sont très heureux et très honorés de vous accueillir ce soir pour le vernissage de votre belle exposition.

C’est toujours un exercice difficile, même un peu périlleux, que de présenter l’œuvre d’une artiste sans risquer d’être décalé, un peu à côté. Surtout quand vous prenez la parole devant le maître de l’art cher Philippe Piguet… Mais je le sais, c’est la même chose à chaque fois, je n’y coupe pas.

Décalé, Coupé… Ou plus justement "Coupé/Décalé". Voilà ma transition toute trouvée avec le sujet – ou plutôt les objets devrais-je dire – qui nous occupe ce soir.

Extrait d'une œuvre de Carole Benzaken

Êtes-vous plutôt "copier/coller" ou "coupé/décalé" ?
Pour moi, c’est une évidence.

À l’art de la contrefaçon – je veux parler du "copier/coller", je préfère sans hésitation l’art de l’inspiration que recèle votre "coupé/décalé".

Votre source d’inspiration, chère Carole Benzaken – dont je précise aux personnes qui l’ignoreraient que vous êtes lauréate du très prestigieux Prix Marcel Duchamp – se trouve dans les images multiples de l'univers médiatique. Vous expérimentez les supports et les pratiques. Vous nous transportez dans votre univers mélangé où les sens de circulation se croisent et s’entrelacent ; où les matières se contractent et se dilatent. Couleurs, formats, matériaux, sujets, s’entrechoquent et se nourrissent pour nous entraîner dans le tourbillon heureux de votre univers.

Il y a dans cette exposition à la fois du rythme, de la distance et du contraste.

Le titre qui a été choisi, "Coupé/Décalé", emprunté à la musique africaine, donne le rythme. Je sais que pendant votre long séjour à Los Angeles, à la fin des années 90 et au début des années 2000, vous vous êtes initiée au jazz. C’est une musique qui invite à l’improvisation, non pas que votre œuvre soit une improvisation, mais vous prenez vos libertés et une certaine distance avec la réalité.

Car en effet, vous mettez de la distance. Pas une distance qui éloigne. Mais au contraire une distance qui nous rapproche de votre univers. Vous nous transportez. J’ai même lu dans un article vous concernant qu’on parlait de "transport amoureux". Il est vrai que nous sommes sous le charme.

Du rythme, passionnément.
De la distance, résolument.
Et du contraste, assurément. Vous êtes tout à la fois dans l’ombre et dans la lumière, dans le dessous et dans le dessus, dans le solide et dans le fragile, dans le passé et dans l’avenir. Mais surtout dans le présent, pour notre plus grand bonheur.